Actualités Septembre, Octobre, Novembre 2017

05/12/2017

Actualités des Bonobos

 

Auto-transferts de Mabali et Dilolo à l’Enclos 2 

 

Après des conflits répétés à l’enclos 1, Mabali, un jeune mâle adulte, a décidé de passer à l’enclos 2.  Nous l’avons récupéré pour le remettre au sein de l’enclos 1.  Mais après 48 heures à peine, il a de nouveau sauté dans l’enclos 2.  Vu son insistance, nous avons jugé bon de l’y laisser. il s’est donc intégré de lui-même dans l’enclos 2.  Discret comme à son habitude mais sociable, il est proche du groupe et tisse des liens au fur et à mesure des séances d’épouillage.

Moins de 15 jours plus tard, toujours à l’enclos 1, Dilolo est victime d’une agression de Matadi.  Après de multiples morsures, il saute à l’extérieur de l’enclos. Récupéré par notre l’équipe, il est tranquillisé afin de recevoir les premiers soins et quelques points sutures au niveau des doigts.  Après 3 jours d’isolement, il a été réintroduit dans l’enclos. Son retour s’est au départ passé sans problème, mais après quelques commotions et cris en forêt à la mi-journée, il a été aperçu dans l’enclos 2.  Bernard, l’aide-soigneur de cet enclos, l’a donc fait passer dans une chambre de l‘abri de nuit de l’enclos 2 afin de l’intégrer progressivement avec les différents individus du groupe.

Comprenant le mal-être de ces individus dans leur enclos d’origine, nous avons décidé de les garder dans l’enclos 2.  Ils sont aujourd’hui bien portant à l’enclos 2; aucun ne cherche à s’imposer dans la hiérarchie des mâles.

 

Arrivée de Balangala  

Ce petit orphelin, un mâle dont l’âge est estimé à 3 ans, a été trouvé à Balangala, à environ 140 km de notre site de réintroduction. Brutalement sevré, déshydraté, et lacéré par une corde au niveau des hanches, il est récupéré après quelques jours par notre équipe d’Ekolo ya Bonobo.  Véronique Djea, membre de l’équipe d’Ekolo ya Bonobo, s’est convertie pendant près de deux semaines en maman de substitution afin de pouvoir donner à Balangala, l’attention et les soins nécessaires à sa survie.

Le temps d’organiser les documents nécessaires à son transfert avec les autorités compétentes, le petit Balangala a entreprit le grand voyage en pirogue de Basankusu vers Mbandaka, escorté de sa maman de substitution afin de diminuer le stress du voyage, de Thomas Bondola, notre logisticien, et de Victor Likofata notre capitaine.  Le samedi 4 novembre, en fin d’après-midi, il est arrivé par avion à Kinshasa.

  Grâce aux premier soins reçus à Ekolo ya Bonobo, Balangala est arrivé dans un état de santé encourageant. Toujours amaigri, il est aujourd’hui en quarantaine avec sa nouvelle maman de substitution S’arrive. Son transfert affectif est en cours et il se rassure en cherchant l’approbation du regard de sa nouvelle maman.

La vidéo de Balangala est consultable sur ce lien !

 
 
 

Masisi enceinte 

Remarquant un changement de comportement chez cette jeune femelle de 12 ans, nous avons décidé de retenir Masisi un matin afin de lui faire un test de grossesse…. qui s’est avéré positif.  Cette primipare fait partie du groupe de bonobos sélectionnés pour la prochaine réintroduction.  D’après nos estimations, cet heureux événement arrivera sur l’île de quarantaine de Totaka.

 
 
 

Amélioration des infrastructures de Lola Ya Bonobo

 

Panneaux solaires à la paillotte éducative 


Pour bien commencer l’année scolaire et optimiser nos travaux de sensibilisation des élèves de Kinshasa, des autorités gouvernementales ou des simples touristes, nous avons décidé d’équiper la paillote éducative de Lola ya Bonobo en énergie solaire afin de pallier aux nombreuses heures de délestage infligées par la SNEL.  Ces panneaux alimentent l’éclairage de la paillote éducative et de la troc boutik, ainsi que la télévision, le dvd et un frigidaire.

 

Travaux d’agrandissement de l’abri de nuit 2 

Grâce au soutien de la Fondation Brigitte Bardot, nous avons débuté les travaux d’agrandissement de l’abri de nuit de l’enclos 2.  Les bonobos bénéficieront d’une grande “chambre” supplémentaire, afin de pouvoir accueillir des groupes plus nombreux dans les 16 hectares de la forêt de l’enclos 2, actuellement sous utilisée.  En outre, un tunnel supplémentaire reliera toutes les chambres avec l’enclos d’isolation, permettant une circulation plus fluide des bonobos dans l’abri de nuit.

 
 
 

La vie de l’équipe

 

L’arrivée de Cintia

Depuis le 1er septembre, Cintia Garai a intégré notre équipe en RDC.  Elle prend le poste de “Directrice de la recherche scientifique, financements et communication”.

Son arrivée correspond à la création d’un nouveau département dont elle aura la charge: le Département “Technique et Scientifique”.  Cintia a effectué sa thèse de Doctorat à l’université de Kyoto avec le Professeur Furuichi sur la personnalité des bonobos sauvages de Wamba.   Cintia a également une formation en communication visuelle qu’elle met au service de la conservation.  Elle sera ainsi chargée de réaliser des films sur nos différents projets à destination du large public, des bailleurs ou encore des enfants. Elle a d’ailleurs déjà réalisé deux films en appui à nos activités d’éducation et de communication en 2010 et 2014. Cintia sera également amenée à collaborer avec la direction générale dans le cadre de la recherche de financements.  Nous sommes très enthousiastes à l’idée des nouvelles perspectives qu’elle nous apporte.
 
 

 

Marius Kabongo et Papy Ithambala


Nous avons également récemment intégré deux nouveaux membres dans le département Technique et Scientifique. Marius Kabongo et Papy Ithambala ont tous les deux travaillé comme consultants pour l’ABC pour effectuer des études de terrain à Ekolo: inventaires fauniques, botaniques et études des espèces consommés par les bonobos. Marius est biologiste, jusqu’à récemment chargé du programme Recherche et Biomonitoring et responsable Smart à la Réserve Naturelle du Triangle de la Ngiri à l’Equateur.  Il sera chargé d’exécuter les études scientifiques qui seront menées sur le terrain. Papy est un technicien de l’environnement, ayant travaillé pour le Ministère de l’environnement et exécuté des missions sur le terrain pour des organisations de conservation de la nature en tant que consultant.

 

 
 
 

Renforcement de capacités

 

Conférence APCC à Kinshasa

Fin août, ABC a participé à la conférence de l’African Primatologist Consortium for Conservation (APCC), organisée à Kinshasa par l’université de Kyoto et African Wildlife Foundation (AWF).   Un des objectifs de l’APCC est le renforcement de capacité des primatologues et des conservateurs des pays africains. Deux jours de la conférence étaient consacrés à un atelier de travail durant lequel nous avons été formés à l’utilisation des caméra trappes, GIS (Système d’information Géospatiale), SMART (Self-Monitoring, Analysis and Reporting Technology System) et Cybertracker.

Ces outils nous permettront de suivre la zone d’utilisation effective de la forêt par les bonobos réintroduits, ainsi que la présence d’autres espèces sauvages dans la forêt d’Ekolo ya Bonobo.  Ce fut donc une conférence très utile pour nous!

Afin de renforcer cette formation théorique; nous espérons prochainement envoyer notre équipe au parc de la Lomako afin d’y effectuer une formation pratique sur Cybertracker et Smart. Cela leur permettra également d’améliorer le système des patrouilles anti-braconnage  dans la réserve communautaire d’Ekolo ya Bonobo.

 

Conférence PASA en Zambie 

Du 6 au 9 septembre, la Directrice Générale de l’ABC, Fanny Minesi, et la toute nouvelle Directrice de la Recherche Scientifique, Communication et Financements, Cintia Garai, ont participé à l’atelier organisé par l’Alliance Panafricaine des Sanctuaires de primates (PASA – https://www.pasaprimates.org) à Chingola, en Zambie.   La conférence nous a permis de partager des idées concrètes sur la planification de l’engagement communautaire et des activités éducatives, l’évaluation de l’impact de ces programmes, le renforcement de capacité, la gestion de conflits entre les hommes et les animaux, et la communication avec les bailleurs de fonds. Nous avons aussi eu l’opportunité de visiter Chimfunshi, un des plus grand sanctuaires de chimpanzés au monde (https://www.chimfunshi.de/en/). La conférence annuelle de PASA offre aux directeurs des sanctuaires africains l’opportunité de se rencontrer pour partager expériences, idées et problèmes; pour s’aider mutuellement à résoudre ces problèmes; et simplement pour reconnaître et apprécier le travail de chacun.  Après tout, nous avons tous le même objectif: sauver les animaux sauvages victimes du trafic de viande de brousse et d’animaux de compagnie, et leur donner une deuxième chance de vivre.

 

Nouvelles perspectives pour notre petit labo

En octobre, nous avons reçu pendant plus de 2 semaines Delphine Berger, laborantine en Suisse. Sa venue au sein du service santé nous a permis de mettre en place plusieurs nouveaux  examens de laboratoire, permettant un meilleur suivi médical des bonobos. Neuf protocoles ont été élaborés.  Faisant face aux réalités de terrain et à la difficulté de trouver certains réactifs à Kinshasa, Delphine a su faire preuve de beaucoup d’ingéniosité pour nous aider. Vu le succès de cette première visite, nous espérons bien continuer cette collaboration.

 

 

Des visiteurs et des amis

 

Mission du IHU de Marseille à Ekolo

Dans le cadre de leur recherche sur la microbiote intestinale des grands singes, une équipe de 4 personnes de l’IHU de Marseille, dirigée par Didier Raoult, est venue en mission afin de récolter des selles.  A Lola ya Bonobo, la mission s’est déroulée parfaitement bien avec la facilité de prélever des échantillons dans les abris de nuits de chaque enclos. Toute l’équipe s’est ensuite rendue en mission à Ekolo ya Bonobo, accompagnée de la Présidente Fondatrice Claudine André.  Malgré l’inondation de la forêt à cette période de l’année, grâce au professionnalisme et à la détermination de nos équipes, plusieurs échantillons ont pu être récoltés.

 

 

Joseph de retour chez lui 

Fin septembre, après presque 3 mois passés à Kinshasa, le petit Joseph, a enfin pu retourner chez lui à Elonda, accompagné de son père et sa grand-mère .

Suite à son opération, les analyses histopathologiques ont permis de diagnostiquer un “améloblastome type fibroblastique”, sans signe de malignité mais avec des risques de récidive. Pendant plusieurs semaines, Joseph a dû se rendre à l’hôpital 5 jours par semaine pour faire des pansements au niveau du palais. Il devra revenir à Kinshasa courant 2018 afin d’effectuer une visite de contrôle et envisager la suite des opérations nécessaires à la reconstruction de son palais.

 

Merci à vous tous pour votre soutien !