Actualités Juin, Juillet, Août 2017

06/10/2017

Nouvelles de LOLA YA BONOBO

 

L’arrivée de Kwango

 Le 4 août 2017, nous avons accueilli un nouvel orphelin, Kwango, un jeune mâle d’environ 2,5 ans.  Acheté sur un marché dans le Bandundu, il a été remis volontairement au Sanctuaire par son propriétaire, qui était d’abord venu pour essayer de le vendre. Grâce aux efforts de sensibilisation de nos éducateurs, son propriétaire a finalement accepté de nous le confier : il a compris que ce jeune bonobo, qu’il détenait illégalement, serait mieux à Lola ya Bonobo dans un environnement plus adéquat et auprès de ses congénères.

A son arrivée, Kwango était modérément malnutri, déshydraté, avec des œdèmes au niveau des joues et des yeux. Un examen de selles a révélé la présence de divers parasites intestinaux. Au niveau de l’arrière du crâne, un plomb était palpable en sous-cutané. L’application quotidienne d’huile palmiste a permis l’expulsion naturelle de ce corps étranger, triste souvenir de la tuerie de sa mère.

Kwango a reçu nos protocoles habituels de quarantaine, avec des traitements adaptés à ses maux.  Début septembre, un nouvel examen général et des tests de laboratoire nous ont confirmé la bonne santé du petit Kwango.  Sa quarantaine a donc été levée. Nous sommes désormais en phase d’intégration progressive du petit Kwango dans la nurserie, avec sa maman de substitution, Yvonne.

 

Le décès de Lomami

Le 17 juillet au soir, tous les bonobos de l’enclos 1 sont rentrés dans les abris en fin de journée, à l’exception de Lomami (male, 18 ans).  Le 18 juillet, des cris d’excitations sont entendu en forêt pendant la journée.  Le soir, à nouveau, tous les bonobos sont rentrés en abris sauf, une fois de plus, Lomami.

Alertés par cette absence inexpliquée, le 19 juillet au matin, l’équipe du sanctuaire a organisé une expédition de recherche dans la forêt avant de laisser sortir les autres bonobos des abris. Les soigneurs ont malheureusement retrouvé le cadavre de Lomami.  Aucune lésion externe n’a été observée, seulement un gonflement au niveau de la tête, ainsi qu’une hémorragie interne. Le décès de Lomami est donc probablement dû à un AVC ou une mauvaise chute occasionnant une hémorragie cérébrale.

 

Agrandissement des abris de nuit de l’enclos 3

Depuis quelques temps, les deux chambres de l’abri de nuit de l’enclos 3 (le plus petit de nos enclos, avec 5 ha) ne suffisaient plus.  Avec la croissance de population dans cet enclos, la compétition pour la hiérarchie était plus accentuée et les mâles les plus bas dans la hiérarchie (Boende, Maniema, Lomako, Shibo) refusaient souvent de rentrer dans l’abri de nuit pour éviter de se retrouver trop proches des mâles plus dominants, avec tous les risques d’intimidation que cela pouvait entrainer.  Presque chaque soir, au moins deux bonobos ne rentraient pas dormir dans les abris.

Grâce au soutien de LUSH France, nous avons pu construire une chambre en plus, avec un tunnel d’entrée et de sortie totalement indépendant des autres chambres, permettant un accès direct à l’enclos. Le fait de ne plus devoir passer par le même chemin que les mâles dominants rassure énormément nos quatre juvéniles et facilite beaucoup l’entrée et la sortie des abris.  Depuis la fin des travaux mi-juillet, plus aucun bonobo n’a passé une nuit en forêt.  Ce qui permet aussi aux soigneurs de nettoyer les aires de nourrissage quotidiennement et évite la présence de rats et les risques de transmission du virus EMCV léthal pour les bonobos.

 

Début de grossesse de Sandoa

Ayant observé une diminution de la fréquence des déplacements de Sandoa, une jeune femelle (11 ans) dynamique de l’enclos 3, ainsi que quelques caprices alimentaires, l’équipe soignante du sanctuaire a décidé de séparer Sandoa du groupe pendant quelques heures, le temps de récupérer ses urines et de procéder à un test de grossesse. Après ingestion de plusieurs litres d’eau et un petit pipi, la réponse est claire : le test est positif.   Nous estimons que Sandoa est dans son premier trimestre de grossesse et espérons que cette jeune primipare mettra au monde sans encombre en début d’année 2018.

 

Opération du petit garçon d’Elonda, Joseph Ebubu

Durant notre mission d’avril à Ekolo ya Bonobo en compagnie d’une équipe de médecins et d’une infirmière, nous avions rencontré à Elonda un jeune garçon de 10 ans, Joseph, souffrant d’une tumeur au niveau des tissus gingivaux et nasaux. Le temps de le laisser terminer son année scolaire et de préparer son arrivée à Kinshasa, nous avons profité de la mission de juin pour le ramener avec nous à Kinshasa, accompagné de son père Fiston et sa grand-mère, maman Mbombo.

Après multiples rendez-vous médicaux, scanner et autres examens, Joseph a enfin pu être opéré, avec ablation complète de la masse tumorale. Le pronostic est encourageant. Les incisions ont été faites par la gencive et le palais, évitant ainsi des cicatrices sur le visage. Nous attendons les résultats de biopsie avec impatience, en espérant une rémission complète

 

 

 

L’équipe de Lola Ya Bonobo

Le retour de Mimie : Suite à l’accident de notre bus fin avril, Mimie, l’infirmière du sanctuaire, est revenue au travail après un mois de convalescence. C’est avec des grands cris de joie que les bonobos ont accueilli Mimie lors de son premier tour des enclos. Malgré les 30 points de sutures à la jambe droite, Mimie retourne au travail sans aucune séquelle.

Bienvenue Papa Damas :  La Troc’ Boutik de Lola ya Bonobo accueille un nouveau Responsable des ventes depuis le mois de juin : Papa Damas a rejoint l’équipe du Sanctuaire et veille désormais à ce que les ventes de l’artisanat congolais et des produits « Bonobos » de la Troc’ Boutik nous aide toujours plus dans nos actions de terrain.  Papa Damas se tient donc à votre disposition, du mardi au dimanche inclus, pour vous conseiller sur vos achats et cadeaux. Ancien antiquaire, il saura vous raconter l’histoire et la provenance des objets d’art.

 

 

Actualités Ekolo Ya Bonobo

 

Renforcement de capacités : Visite de Teresa Sauquet 

Primatologue et éducatrice avec l’association espagnole Mona, Teresa est venue pour la première fois comme volontaire à Lola ya Bonobo en septembre 2016, pour renforcer les capacités des membres de notre service Education à Kinshasa (Pierrot, Blaise, Marcel). Au cours de son séjour, elle avait aidé les éducateurs à élaborer de nouveaux jeux et activités et à adapter nos messages éducatifs en fonction de l’âge du public.

De retour cet été, Teresa a pu cette fois faire profiter de ses compétences l’équipe Education d’Ekolo ya Bonobo (Moïse, Matthieu, Louise).  Les deux équipes ont travaillé tous ensemble pendant près d’une semaine à Kinshasa sur les idées de modifications et d’adaptation des activités à proposer aux enfants à Ekolo ya Bonobo.  Puis Teresa est partie sur le terrain en Province de l’Equateur avec l’équipe éducation.

Début juin, accompagnée des éducateurs d’Ekolo et de Raphaël Belais, le vétérinaire de l’ABC, Teresa s’est envolée vers Mbandaka. Le lendemain, ils ont pris la route des eaux sinueuses de la forêt équatoriale vers Basankusu. Un voyage de plus de 280 Km.

 

Pose de collier à Ekolo ya Bonobo

 

Pendant que Teresa sillonnait les différentes écoles soutenues par le projet le long de la rivière Lopori, Raphaël et une équipe de pisteurs avaient quant à eux pour mission de récupérer un collier GPS non fonctionnel, celui de Boyoma, un mâle de 15 ans. Ils devaient ensuite équiper Boyoma et l’une des femelles de l’alliance avec de nouveaux colliers VHF, permettant leur localisation via antenne portative et récepteur radio.

Le 15 juin, Boyoma était en retrait du groupe accompagné de Sankuru et de sa fille Mwinda ya Ekolo. Voulant profiter de cette opportunité, l’équipe (Ibrahim, Véronique et Raphael) s’est approchée en lisière de forêt pour entrer en contact avec Boyoma qui se trouvait sur une branche au-dessus de la rivière.  Boyoma a d’abord été tranquillisé en posologie orale :  après quelques minutes, les premiers signes de faiblesse ont été observés.  C’est alors qu’Ibrahim a injecté l’anesthésie, profitant d’une « séance d’épouillage ». Toute l’opération s’est déroulée sans stress, malgré la présence de Sankuru et Mwinda ya Ekolo. Le sang-froid d’Ibrahim et la complicité qu’il partage avec les bonobos lui ont permis une approche directe et une anesthésie en 2 temps : sédation puis anesthésie proprement dite.

Mais au moment de récupérer Boyoma dans la pirogue, celui-ci, chancelant, a fait un faux pas sur la branche sur laquelle il était assis et est tombé dans la rivière, inconscient. Raphaël, le vétérinaire, a immédiatement sauté à l’eau pour le récupérer. Avec l’aide d’Ibrahim, il a déposé le corps de Boyoma dans la pirogue en position latérale de sécurité.  Mais Sankuru, affolée par la situation, a alors investi la pirogue pour porter secours à son congénère, ne laissant à Ibrahim que le temps de se jeter à la rivière.  Constatant le corps endormi et paisible de Boyoma, Sankuru se contente de récupérer un sac à dos dans la pirogue avant de retourner tranquillement en forêt. Dès Sankuru repartie, Véronique, Ibrahim et Raphaël sont remontés sur la pirogue pour s’éloigner et pouvoir travailler sur une plage un peu plus loin….
Plus de peur que de mal, mais considérant les risques encourus et la difficulté de séparer une femelle de l’alliance en milieu naturel, l’équipe a jugé plus prudent de poser le 2nd collier VHF sur un autre mâle, plus facilement abordable qu’une femelle. C’est ainsi que le 19 juin, Kubulu, un mâle de 14 ans, a aussi été équipé d’un collier VHF.


2 thoughts on “Actualités Juin, Juillet, Août 2017

  • TRAVERT SYLVETTE

    Beaucoup d’admiration pour votre dévouement. J’espère pouvoir vous rendre visite un jour. Mon rêve serait d’intégrer votre équipe même si je n’ai aucune connaissance particulière en la matière. J’aime les bonobos.

  • Cathy LELONG

    encore une fois, félicitations à toute l’équipe pour leur travail, leur générosité et leur altruisme et leur bonne humeur. Que du bonheur!

Comments are closed.