Actualités Avril, Mai, Juin 2017

01/07/2017

Nouvelles de LOLA YA BONOBO

Naissance d’Elaka ya Lola

Le dernier trimestre de gestation de Lisala, une femelle d’environ 15 ans, s’est déroulé sans problèmes à l’enclos 2. Elle est restée active, sans caprice alimentaire, et n’a pas diminué sa fréquence d’exploration en forêt. Le mardi 23 mai, Lisala est partie en forêt vers midi, après avoir « bien mangé, sans problèmes et à l’aise, comme d’habitude » selon les observations de Bernard, l’aide-soigneur de l’enclos 2. Lisala et bebe Deux heures plus tard, elle revenait boire de l’eau à la porte de l’enclos avec une magnifique petite femelle dans les bras. Toutes les deux sont très bien portantes, et le groupe est plus protecteur que jamais.

Cette naissance aurait dû avoir lieu sur l’île de Totaka, pendant la période de quarantaine précédant la réintroduction en milieu naturel. Nous avons donc fait la « promesse » à cette petite qu’elle serait bientôt réintroduite et nous l’avons baptisée « Elaka ya Lola » (la promesse du paradis). La prise en charge maternelle de Lisala, déjà mère de la petite Nyota ya Lola (femelle de 6 ans), est quelque peu particulière. Elle transporte souvent sa petite sur le dos et la dépose au sol de temps en temps pour l’épouiller. Malgré cette attitude assez « relax », elle s’occupe bien de sa petite qui tète fréquemment.

Bonne continuation, Maman Henriette !

Le 29 avril était le dernier jour d’Henriette Lubondo avec nous. Après presque 20 ans de loyaux services, elle a démissionné pour suivre son époux dans une autre province de la République Démocratique du Congo. Première maman de substitution de l’ABC, puis responsable de l’enclos 3 pendant de longues années, c’est avec un pincement au cœur mais une énorme reconnaissance que nous lui avons dit au revoir. Bonne continuation, maman Henriette, et que le Dieu des bonobos continue de guider vos pas.

 

 Formation des gardes de Lola ya Bonobo

J.M. Legrand (Jim), récemment muté en tant que gendarme à l’ambassade de France à Kinshasa, s’est offert à nous aider à renforcer la sécurité du sanctuaire. En particulier, il a formé les quatre agents qui assurent la sécurité du site Lola ya Bonobo au maniement du tonfa, une arme de défense d’origine japonaise (bâton en carbone). Après plusieurs mois de formation pratique, le 9 mai 2017 les agents de sécurité du sanctuaire ont reçu leur diplôme de TONFA niveau 1.

Jim a aussi généreusement remplacé le trampoline cassé de la nurserie et offert un grand ballon en caoutchouc rose bonbon. Les petits et les mamans de substitution ont été très heureux de profiter à nouveau des plaisirs du trampoline.
le trampoline

 

 Un accident bien malheureux

Un dimanche vers la fin avril, alors que le mythique bus de Lola ya Bonobo traversait la ville, transportant l’équipe réduite du dimanche, le chauffeur du bus Douglas Ibanda a dévié pour éviter une moto qui lui faisait une queue de poisson et transportait une mère et son bébé. Le chauffeur a perdu le contrôle du véhicule, qui a versé sur le côté. Heureusement, aucun des six passagers n’a été gravement blessé, mais Mimi Bayadila, notre infirmière, a tout de même souffert d’une plaie profonde à la jambe, nécessitant 30 points de sutures et plusieurs jours d’arrêts de travail. Le bus est au garage, mais les dégâts semblent trop importants pour espérer une remise en fonction.

 

Nouvelles d’EKOLO YA BONOBO

Wildlife Angels

En avril, Fanny Minesi, la Directrice Générale d’ABC, et le Dr vétérinaire Raphael Belais ont accompagné une mission exploratoire de Wildlife Angels à Ekolo ya Bonobo. Cette ONG spécialisée dans la protection des réserves a réalisé un audit de formation des pisteurs et commencé à réfléchir aux stratégies de patrouilles appropriées à notre contexte, en attente d’une mission de plus longue durée fin 2017 ou début 2018, une fois les financements obtenus. Les pisteurs ont été très motivés par leur appui ; de réels progrès ont été remarqués dès les premiers jours dans les déplacements en forêt.

Nous avons profité de ce voyage pour former les pisteurs à l’utilisation et à la mise en place des caméras-pièges. Sept caméras sont fonctionnelles et ont été déployées à divers lieux de passage d’animaux (ou de personnes), y compris aux endroits où des traces de bonobos ont été identifiées. (Voir le dernier Journal.)

 

Appuis aux populations

La mission d’avril a été courte mais productive. L’ABC a pu fournir un soutien sanitaire aux populations locales grâce à une équipe de 2 dentistes et d’une infirmière. Giuseppina (Pina) Ponziani, une dentiste italienne qui nous aide depuis plusieurs années, était cette fois accompagnée d’une jeune dentiste espagnole, Rosa Martin Aparicio. (Les années précédentes, Pina finissait souvent avec des tendinites à cause du travail excessif !)

Pina et Rose au travail

Afin de pouvoir assurer un meilleur suivi des patients et les soins nécessaires — car souvent les personnes qui viennent consulter ont aussi des plaies, abcès et ulcères — Rosa a embarqué dans l’aventure sa sœur Beatriz, une infirmière de formation exerçant dans un centre de santé en Espagne. Grâce au soutien de la Croix Rouge Italienne Pina a aussi pu apporter de grande quantité de médicaments. L’équipe de volontaire était renforcée de Papa Robert, un infirmier local habitué au travail de dentisterie aux côtés de Pina, que Gilles, l’infirmier du poste de santé d’Elonda, permettant ainsi une meilleure communication avec les populations locales.

Au total, 703 personnes sont passées par le campement d’Ekolo ya Bonobo afin de recevoir des soins dentaires et infirmiers gratuitement. Pour beaucoup d’entre eux, c’était la première fois de leur vie qu’ils allaient chez le dentiste !